Mon UTMB 2017

Chamonix, place du triangle de l'amitié, la bien-nommée... Nous sommes le Samedi 2 Septembre aux alentours de 23h30... Beaucoup de monde est encore présent dans les rues... 10 mois à peine après mon opération de la hanche, qui l'eût cru???

Ben est à mes côtés et on allonge la foulée pour avaler les derniers hectomètres de cette course d'anthologie...

Tout juste plus de 29h de course, nous venons de boucler l'UTMB 2017 qui vient de sacrer François D'Haene, champion incontesté de l'Ultra Trail... Tu veux savoir ce qu'on a vécu pour en arriver là???


L'UTMB, cette grosse machine!

Arrivés sur Cham le jeudi 31 août avec Delphe, c'est en me présentant au retrait des dossards que je me rend compte de l'importance de la manif. On sent que l'affaire est rôdée... Pas ou peu d'attente entre le check-in, la vérif du matos obligatoire et la remise du sésame pour la course.

En sortant, petit tour sur le salon afin de rencontrer quelques partenaires (Julien de Nutrisens Sport, Xav de chez Salomon, Tech4race, les gars de chez Altra, ...). Je croise également quelques amis et connaissances, et retrouve Francky et Stef qui vient de claquer une perf de ouf en terminant 8ème Féminine sur l'OCC! Rien que ça!

On remonte sur Argentière afin de retrouver Fred (Ambassadeur Haute-Montagne CIMALP) et Elsa qui nous accueillent chaleureusement pour le WE.


L'UTMB, c'est le Tour de France!

D-Day... Avec un départ repoussé à 18h30 à cause des conditions météo, la journée a été un peu longue... Au final, le parcours initial est raboté de 2 sommets : le col des Pyramides calcaires et la tête aux vents... Avec un peu de recul, cela ne sera pas de trop avec les conditions pourries qu'on a eu.

Routine de jour de course : repas, repos, équipement et direction la ligne de départ afin de pouvoir se placer correctement dans le sas et éviter la cohue car je n'ai pas le privilège de pouvoir être dans le sas élite (il me manque qq points)...

Un ptit bisous à ma Maman qui vient me suivre à chacun de mes ultras depuis quelques années maintenant. Un gros câlin à Delphe qui m'assistera au long de la course et direction le sas.

C'est peut-être un signe du destin, mais on se retrouve sur la ligne de départ avec Benoît avec qui j'avais fait un bout de chemin sur l'UTCAM et que je croise avec plaisir sur certaines courses de la région.

Le monde présent sur place est impressionnant, tant au niveau des coureurs que des spectateurs... Ludo Collet, la voix du trail, commence petit à petit à faire monter la température sur la ligne : Hola, clappings, tout y passe...

C'est au tour des élites de se présenter sur la ligne, la crème de la crème pour cette édition 2017. François D'Haene tout en simplicité, les 'ricains qui font le show, Kilian hyper détendu à filmer tout le monde avec son smartphone... C'est dingue, on y est!

On nous annonce 2 minutes, musique, compte à rebours et biiiiiiim, on est lâchés au milieu des rues de Chamonix dans une ambiance de col de Haute-Montagne en plein Tour de France! J'vous jure, c'est à vivre au moins une fois dans sa vie! Dingue!!!


L'UTMB, c'est roulant...

Les 10 premiers km sont plutôt roulants et bitumineux ;-) Ce qui réveille mes douleurs de ces dernières semaines (métatarsalgie et psoas qui siffle)

Après avoir patienté 2 h dans le sas de départ, je m'arrête assez rapidement pour une pause technique...

J'avais prévu de ne pas partir trop vite et me laisser avaler par un départ canon de la tête de course. Objectif : arriver en bon état à Courmayeur

Les km défilent : on passe les Houches avec à nouveau beaucoup de monde dans le village, ce qui nous conduit au pied de la première côte de la course, la montée du Deleveret.

J'en profite pour sortir les bâtons qui ne me quitteront plus jusqu'à l'arrivée. Je passe au sommet vers 20h, la nuit tombe doucement et la fraîcheur est bien sensible... J'entame la descente gentiment alors qu'un gars se pète la cheville devant moi. 15 bornes, course finie, c'est moche :-(

Je retarde au max l'arrêt pour mettre ma frontale, pensant avoir le temps d'arriver à St-Gervais, mais les passages en forêt m'obligent à revoir mon plan...

A St-Gervais, c'est à nouveau la foule des grands jours! Speaker, encouragements, musique!! Chaque coureur est accueilli comme un champion. On prend plaisir à taper dans toutes les mains tendues par les enfants pour nous encourager.

Sur le ravito, j'entre-aperçois Loïc (qui sera présent sur toute la course pour m'encourager) et à la sortie, c'est Laure (du team Cimalp) qui me fait la surprise d'être là! En échange de ses encouragements, c'est une étreinte essoufflée et transpirante que je lui offre ;-)

Sur cette portion en direction des Contamines, la pluie commence à s'intensifier et je m'arrête pour mettre ma veste STORM afin de ne pas avoir froid trop vite.

Aux Contamines, c'est le premier point d'assistance autorisé. Delphe est là et prend soin de moi, ça fait du bien... Il est 21h49, je suis en avance sur mes temps de passage sans avoir trop pioché dans mes réserves.

C'est à partir de ce point que la course entre dans la montagne... On quitte les Contamines en direction de Notre-Dame-de-la-Gorge et du Col du Bonhomme. En chemin, je croise Laurent qui m'encourage et me tient informé de la bataille que se livre les cadors en tête de course. C'est ici aussi que je retrouve Ben. On ne se quittera quasiment plus jusqu'à l'arrivée.

La pente s'accentue, les jambes piquent, le souffle est court, mais ça monte... La météo, elle, ne s'améliore pas, bien au contraire. Il fait de plus en plus froid et la pluie se transforme en neige... Le vent se renforce au sommet. Mmmmmmm, que du bonheur ;-) On bascule là-haut vers 00h00 et on ne s'attarde pas. On n'est pas venu là pour acheter du terrain!

C'est ensuite une longue descente vers les Chapieux. Le début est un peu chaotique puis le sentier s'élargit. la météo redevient elle-aussi un peu plus clémente. La pluie s'arrête et on distingue même quelques étoiles.

On arrive à quelques encablures du ravito quand j'entends une voix que je reconnaîtrais entre mille! IN-CRO-YABLE! Mon frère est là, avec Mélo... Au point le plus improbable du parcours et en pleine nuit!!! Ils me foutent la chair de poule et les larmes aux yeux. J'suis refait et rien ne pourra m'arriver sur cette course! Ravito rapide : soupe chaude, thé, coca... Quelques mots échangés, gros câlins et on repart avec le Ben direction l'Italie...

Les sommets s'enchaînent : Col de la Seigne, redescente au Lac Combal (où je perdrais Ben dans un arrêt technique, on se retrouvera finalement à Courmayeur), arrête du Mont-Favre et Col Checrouit... Je navigue toujours aux alentours de la 100e place. La descente sur Courmayeur est bien pourrie et me pompe pas mal de jus.

COURMAYEUR, nous voilà! Il est 5h30 et tout mon fan club est là. C'est dément!

Gros stop prévu auprès de Delphe où je prends près de 30 minutes pour me ravitailler car pour moi, c'est ici que commence la vraie course...

Après cette bonne coupure, on repart avec Ben en direction du refuge Bertone. On est bientôt rattrapés par Fred que j'avais rencontré sur le TGV (on le perdra de vue à Arnouvaz). Arrivés au refuge, on ne traîne pas trop et on s'engage sur une longue portion roulante en direction de Bonatti. La météo est clémente, il fait presque beau et cela nous offre les seules vues de notre périple sur le Mont Blanc, magique!

Cette section est vraiment plaisante tant au niveau des sensations de course que du panorama. Descente sur Arnouvaz et c'est la 2ème grosse difficulté de ce parcours avec le passage au Grand Col Ferret. En quittant l'Italie pour la Suisse, on quittera également le beau temps

Sacrée montée avec plus de 700+ dans des conditions hivernales : neige, vent, brouillard... Températures ressenties aux alentours de -10°. On est bien Tintin ;-)

Je passe là-haut à la 99ème position. Je pense d'ailleurs que c'est là que je perdrais mon oeil (près de 50 bornes en ne voyant que d'un oeil, c'est long)

Désormais, c'est la longue descente vers la Fouly et Champex-lac. Jusqu'à La Fouly, tout va bien, mais alors après, carton rouge à l'orga pour ces 10 bornes de route! Inoubliable!!! Pfff les boules c'te route!

Heureusement, C'est aussi à la Fouly et Champex qu'on retrouve notre dream-team d'accompagnateurs qui sont là pour nous rebooster le moral à fond et j'vous jure que ça fait le plus grand bien. Champex, 20 minutes d'arrêt... Il ne nous reste plus qu'un gros maratrail à courir avec 3 bonnes grosses bosses des familles

Alors, on sort la ponceuse et on s'attaque à la première des trois en montant à la Giète... Gros coup de calgon dans la montée... Plus de jus dans les chaussettes, pourtant faut bien monter! Ben prend son mal en patience pendant que je m'alimente pour tenter de refaire partir la machine. On passe enfin au sommet et dans la descente, c'est l'inverse avec Ben qui tire la jambe, faute à un genou récalcitrant... Quelle équipe de bras cassés ;-)

Trient, tout le monde est de nouveau présent... 20 minutes d'arrêt. On se requinque comme on peut : changement de vêtements, soupe... et on repart

Une de moins. Plus que 2 avec la montée aux Tseppes vers Catogne. Cette deuxième bosse se passe un peu mieux et la perspective de l'arrivée commence à se faire sentir. La descente sur Vallorcine est un peu longue et surtout très compliquée avec toute cette boue qui rend les appuis plus qu'incertains!

Enfin, Vallorcine est là. On ne traîne pas. Une goutte de collyre (merci Maman et mon infirmière perso) qui me rendra la vue, 8 minutes d'arrêt et on s'attaque à la der des der!

Mais quel calvaire! Franchement! La montée jusqu'au Col des Montets (je suis 98ème) se passe bien mais la suite jusqu'à la Flégère n'a été qu'un long chemin de croix. C'est vraiment là que l'aventure à 2 a pris tout son sens pour moi avec Ben qui a su me remotiver pour trouver les dernières forces pour atteindre ce sommet alors que mon moral était au plus bas! Merci Mec! Cette variante de parcours était bien mesquine et surtout vraiment délicate avec toute cette boue, ces racines et pierres mouillées. J'ai bien cru ne jamais arriver.

A la Flégère, Ben retrouve une amie qui nous encourage. On passe 2 minutes dans la tente surchauffée et en sortant, je prend un mémorable coup de froid qui me stoppe littéralement pendant près de 5 minutes (sûrement un début d'hypothermie)

On trottine à nouveau, ce qui me permet de me réchauffer. Les km défilent et les lueurs de Cham se rapprochent. L'objectif de finir cet UTMB en moins de 30h est là, bien réel... Qq coureurs nous doublent avec de sacrées foulées. Franchement, on ne dirait pas qu'ils ont 160 bornes dans les pattes!

Dans la descente, des amis de Ben nous retrouvent et nous mènent jusqu'à la ligne d'arrivée. On se prend à accélérer en retrouvant le bitume de la ville. Encore beaucoup de monde pour nous accueillir malgré l'heure tardive. Tout notre fan club est là, comme tout au long de ces 2 jours dingues!

23h30, on y est... Nous sommes finisher de l'UTMB en 29h00! Merci Ben pour ce périple!

167.5km - 9600+ - 107ème/1686 (34% d'abandons) - 70ème Senior - 22ème Français


Qu'on ne me dise plus que l'UTMB c'est roulant ;-)


On dit merci qui???

Mon UTMB, c'est :

- Une aventure humaine partagée avec Ben. You rock guy!

- Beaucoup de courage, d'abnégation, de compréhension, de réconfort de la part de la femme de ma vie. Je t'aime

- Une famille en or... Maman, Seb, Mélo et tous ceux qui n'étaient pas là...

- Des amis en or eux aussi, que ce soit sur le parcours (Laure, Laurent, Loïc, Xav, JC, El madrileno, Nico,...) ou derrière leurs écrans (là, il y en a trop pour tous les citer)... J'ai reçu tellement de message que je pense que je serai encore en train de répondre dans une semaine...

 

C'est aussi :

- 2 maillots SPRINT, 1 maillot PERFECT, 2 vestes STORM, 3 shorts TWIN, 1 collant WINTERTIGHT, 3 tours de cou, 1 paire de gants HYBRID, 1 casquette CAP, 2 paires de manchons FREETRAIL, 3 paires de chaussettes FREETRAIL et tout ça de chez qui? De chez CIMALP

- 1 paire de TIMP de chez ALTRARUNNING

- 1 Sac hydragon Ace de chez Oxsitis

- Tous mes ravitos (gels, barres, boissons) de chez Nutrisens Sport

- Le reste de mon matos chez Endurance Shop Sainté

- Des dizaines de séances de Cryo chez Cryo7

- De la spiruline top qualité de chez Spiruline la Belle Verte

- Plus de 2 heures passées sur les ravitos...

 

Allez, j'vous laisse, j'vais boire une bière...

A bientôt pour de nouvelles aventures


Juste pour l'ambiance, voici le film officiel de cette édition...

Écrire commentaire

Commentaires : 11
  • #1

    Stéphane Gomes (lundi, 04 septembre 2017 21:11)

    Salut Flo,
    Le récit est à la auteur de l'exploit. Ca donne envie.
    À plus

  • #2

    Jerome de reveurdetrail.fr (lundi, 04 septembre 2017 21:27)

    J'avais déjà envie de vivre cette expérience mais alors là j'en peux plus d'attendre! Allez je me testerai sur l'UT4M et après... Bravo à toi et !

  • #3

    Didier Foux (lundi, 04 septembre 2017 21:28)

    Magnifique résumé.
    Merci pour ce petit reportage.

  • #4

    Jacky (lundi, 04 septembre 2017 21:36)

    Bonjour,
    Merci pour ce récit très complet qui nous donne un bon apercu de la magie et de la difficulté de cet UTMB!!
    Merci et un très grand bravo à vous :-)

  • #5

    Laniel yannick (lundi, 04 septembre 2017 21:45)

    Encore bravo flo! tu peux être fière d’être finisher de l'UTMB avec une belle place à la clef! j'ai assisté à ton arrivé! c’était bien cool!
    Au plaisir...

  • #6

    Nadège (lundi, 04 septembre 2017 22:23)

    Belle aventure, sportive et humaine, belle performance aussi ! Chapeau bas monsieur Flo !

  • #7

    Yannick Le Naour (lundi, 04 septembre 2017 22:56)

    Récit qui en dit long sur l'exigence de cette course, de la prépa nécessaire pour prétendre s'y aligner et sur l'importance d'être entouré pour aller au bout de soi-même.

  • #8

    Domi Sol (lundi, 04 septembre 2017)

    Voilà ma lecture est terminée et comme prévu je me suis régalée. Flo bravo pour cette perf. Et toi Delph tu as assuré.
    A quand le prochain trail les "p'tits loups "?moi je deviens accro. ..

  • #9

    GRÉGOIRE Claudine (mardi, 05 septembre 2017 14:03)

    C'est un plaisir de te lire ,mais ça me fait mal...de savoir se que tu endures , je sais que tu très solide dans ta tête et sa se voit . Les résultats sont là. Encore bravo pour ce ultra et félicitationsi à ma Delphine qui t'accompagne pour te permettre de tels performences .

  • #10

    Régi (mercredi, 06 septembre 2017 14:28)

    Bravo pour ta perf' ! Quel chrono !
    On a surement vu ton frère et son pote, car on a croisé plusieurs trailers/accompagnateurs monter vers la Croix du Bonhomme côté Chapieux. On était venus encourager le peloton toute la nuit au-dessus des Chapieux avec le feu de camp et les saucisses :)

  • #11

    Estelle et Pierre (lundi, 18 septembre 2017 00:07)

    bravo FLO pour cette incroyable aventure. Quelle épopée! Merci pour ce beau récit. Bye et à bientôt.