Ma skyrace des écrins 2014

J'avais axé ma préparation de ces dernières semaines pour arriver en forme sur cette première belle épreuve alpine de mon programme de fin de saison. RDV fixé avec la 16ème édition de la skyrace des Ecrins ce dimanche 13 juillet 2014!

 

On est partis en famille pour profiter de ce long WE et découvrir un coin des Alpes que je connais très peu. 3h30 de route via le col du Lautaret et nous voilà arrivé à Vallouise, à quelques encablûres de L'Argentière-La Bessée, départ de la Skyrace.

Je profite du samedi matin pour aller faire un ptit footing, histoire de dérouler les jambes et être en pleine forme pour le lendemain et découvrir la cascade de la Pissette.

Le samedi aprem sera pluvieux et on en profite pour descendre au retrait des dossard et repérer le lieu du départ pour le lendemain...

La nuit du samedi au dimanche sera fraîche et le lever à 5h30 du mat' dans une tente glaciale un peu brutal!

Je prends mon temps pour un ptit dej copieux afin de ne pas faire le début de course le ventre vide. J'arrive sur le lieu de départ vers 6h20 et m'équipe pour ma course : manchons booster elite, short, débardeur compress nike, maillot jcv, manchettes, casquette, lunettes. Le sac, les bâtons et les ravitos sont déjà prêt depuis la veille.

6h50, je me place sur la ligne de départ à côté des costauds du jour : Mika Pasero, Sylvain Arnaud, Régis Durand et consorts. On écoute le brief et à 7h pile, les fauves sont lâchés. C'est parti pour 48km en montagne!

Pour une fois, j'avais décidé de partir tranquille, histoire de ne pas exploser à la mi-course sachant que la grosse difficulté du jour se trouve au km 32 avec la terrible montée du pas de l'Ase (600m d+ annoncés en un peu plus d'1 km).

Une boucle à plat le long de la base de loisirs me servira d'échauffement puis on attaque direct dans la pente en direction du village de la Roche de Rame.

Devant, c'est déjà parti très vite... En ce qui me concerne, je monte à bon rythme accompagné de 2 autres coureurs en direction du premier ravito positionné au km 10 (1000D+) au Lauzet. Nous prenons de l'altitude via un magnifique single en sous-bois.

J'arrive au ravito en 1h12, un peu en dessous des temps que je m'étais fixés (je comptais y être en 1h). Je trace ma route et la partie montagne débute vraiment ici

 

Une portion roulante de 3km permet de se refaire la cerise et c'est une deuxième rampe qui m'attends en direction du col Néal. Je me situe dans les 15 et c'est ce qui me sera confirmé au passage au col. Je passe seul en 2h08 (les premiers sont en 1h48!!!). 16km de course et déjà 1800 d+ au compteur, ça pique!

Les bénévoles m'annoncent une partie plus roulante en direction des chalets de Clapeyto avant de remonter au Col des Ayes. Je prends le soin d'admirer le magnifique paysage qui s'offre à moi et me ravitaille correctement.

Je franchis le col des Ayes au milieu des névés (km21 - 2100+) dans mes temps de passage (2h50). J'ai d'ailleurs profité de cette belle montée pour discuter avec des randonneurs qui étaient en séjour rando (6j dans les Ecrins).

Une belle descente s'annonce avec près de 700D- en 5km. J'essaie de descendre calmement, histoire de na pas trop souffrir musculairement.

J'arrive au deuxième ravito en 3h17 et suis pris en charge comme un pacha par des bénévoles aux ptits oignons (merci à eux!). Ils remplissent mes bidons et mon camel pendant que je me ravitaille. Deux minutes plus tard, je repars en direction du magnifique lac de l'Orceyrette. La montée longe le torrent et reste piégeuse à cause de la boue dûe aux pluies de ces derniers jours.

J'arrive au lac au km 28 en 3h40 de course. J'ai en visu 2 coureurs à quelques centaines de mètres devant moi. Ca sent bon!

Encore quelques km de répit puis se profile la terrible montée du pas de l'Ase. Je mouille la casquette dans un torrent et c'est parti!

Quelques supporters sont présents aux chalets de l'Orcière pour nous encourager avant le "mur"! Je distingue des tâches bleues tout là-haut, ce sont des CRS de la compagnie de montagne de Briançon et il va falloir les rejoindre! Je fais marcher les bâtons. Une signaleuse m'annonce gentiment les leaders à 40 minutes "Z'inquiétez pas ma pov'dame, je n'envisage pas de les rejoindre!"

Entre temps, je gagne 2 places et suis 10ème. Cool!!

On arrive en haut de ce mur (à faire au moins une fois dans sa vie de trailer) accompagnés par les notes d'accordéon d'un montagnard. La vue est magnifique. Fais frisquet mais je profite du paysage et me ravitaille. Je me fais doubler par un gars qui est monté plus vite que moi.

 

Arrivés ici, le plus dur est fait... Il reste 16 bornes avec 1700D-. Je sais que ça va piquer fort dans les cuisses.

Je profite de mon passage à côté du lac de l'Ascension pour me ravitailler correctement. Une courte remontée vers la Crête des Queyrelets où je me fais doubler et on bascule définitivement vers L'Argentière. Je m'étonne d'être plutôt frais physiquement ce qui me permet de descendre à bon rythme et de gagner une place.

La descente est longue et pentue et fais bien mal aux cuisses. Un dernier long replat juste avant l'arrivée puis, j'aperçois enfin le stade d'eaux vives et l'arrivée. J'essaie d'en remettre un dernier coup pour ne pas me faire doubler.

J'aperçois ma ptite famille qui est venue m'encourager, ça fait chaud au coeur.

Au final, je termine 11ème/216 en 6h25'16''. La progression continue!

Je m'étais fixé entre 6h et 6h30, donc je suis plutôt satisfait.

 

La skyrace des Ecrins est une course à faire, assurément : les paysages sont somptueux, le prix de course dérisoire (25€ pour le 48km), les ravitos et les bénévoles parfaits! J'en garderai un excellent souvenir.

La récup' s'est également très bien passée, sans courbatures avec mes chaussettes spéciales recup de cimalp

 

Place maintenant à la prépa d'été pour l'UTV

Écrire commentaire

Commentaires : 0