Mon Echappée Belle 2016

En fait, lorsqu'on s'inscrit à une course (ultra ou pas d'ailleurs), on passe du temps à la préparer, à l'imaginer, à mettre en place des objectifs et stratégies pour la finir...

Et bien là! Mazette!!! J'étais bien loin d'imaginer ce qui m'attendait sur cette magnifique mais néanmoins terrible épreuve qu'est l'échappée belle !

En route pour un p'tit débrief de près de 38 heures de course (enfin de grande randonnée plutôt ;-) )

Bon courage pour celles et ceux qui iront au bout, j'ai tenté de faire court ;-)

 


L'avant course

Il faut dire qu'en terme de prépa d'avant course, j'avais déjà fait un peu mieux et surtout plus abouti pour affronter une épreuve de ce genre. On venait de passer 15 magnifiques jours de vacances en Corse en famille avec une prépa, somme toute convenable... Mais c'est l'enchaînement "Retour Corse"/"Transfert Belledonne" qui n'était sans doute pas le plus optimisé...

1ère étape : Départ le mercredi 24 août vers 9h30 d'Olmeto plage en Corse direction Ajaccio soit près de 2h de route - Embarquement à 11h30 et Retour Corse en mode campement pour un débarquement à 19h à Toulon

2ème étape : On enchaîne avec les 3h30 de route en direction de Lupé. On arrive vers 23h30 et le temps de tout décharger, il est amplement temps de se mettre au lit vers 00h30

3ème étape : Jeudi 25 août, on tape la route en direction de Lyon pour laisser les enfants aux grands parents et on enchaîne en direction d'Aiguebelle pour le retrait des dossards soit près de 300 bornes de plus dans la musette. On arrive sur Aiguebelle un peu avant 18h. Je croise (en vitesse), Franck et Stéphanie du team Cimalp qui sont bénévoles qu'il nous faut déjà repartir vers Vizille avec 80km de plus... Ca commence à faire ...

Beaucoup de route, peu de sommeil, mais me voici en place avec ma chère et tendre qui assurera le support logistique et moral de l'épreuve.

On passe une nuit tranquille à l'hôtel Appart'city de Grenoble... Repas avalé, sac prêt, réveil calé à 04h00, YAPLUKA !

 

La course

Départ (km 0) --> Pleynet (km 63.4)

Comme prévu, à 4h, mes 3 réveils sonnent (ben quoi, j'suis prévoyant)...

La routine de course est en marche : ptit déj, nokage des pieds, habillage... et puis le reste ;-)

Delphe se lève rapidement et vers 5h00, on décolle direction Vizille.

5h20, on est sur place, Delphe prend un ptit dej, moi, je repasse aux toilettes (le fameux caca de la peur sans doute) et file sur la ligne...

5h45, tout le monde est là. Quelques mots échangés avec Pablo Criado et Renaud Rouanet (futur 2ème), un dernier bisou à ma chérie et bim, c'est parti! Un type part à une allure de 10 kil, comme un dératé??? J'ai pas compris, mais bon, chacun son trip...

Dans les premiers mètres, pas mal de tensions apparaissent au niveau de mes tendons d'Achille (surtout le gauche) mais dès les premiers hectomètres de montée, cela se dissipe.

Je suis aux avants-postes, ça discute et il fait encore à peu près frais dans les sous-bois.

Quand je regarde autour de moi, pas mal de grands noms de l'ultra : Christophe le Saux, Renaud, Lionel Trivel, Pablo Criado... Ouuuupsss, comme d'hab, ne serais-je pas parti trop vite???

Cette première montée vers l'Arselle balance 2/3 bons coups de cul mais ça monte... Bientôt, je croise Nico Falatik du team TDR Sainté sur le parcours qui me souhaite un bonne course. Ma chérie est là, elle aussi, pleine d'encouragements... La journée commence bien et la forme est là, cool!

Pour le 1er ravito, à l'Arselle, on avait convenu un changement de bidon avec Delphe... J'arrive (2h04 en 8ème position) et là, personne... Merde, pourvu qu'il ne lui soit rien arrivé (la dernière fois qu'elle avait fait mon assistance, elle avait bugné la voiture :-( )

Je remplis le bidon, et repars, à l'inconnue... Je croise un spectateur avec son fils sur le bord du chemin et lui demande s'il peut l'appeler, savoir si tout va bien parce qu'ensuite, je ne dois la retrouver que le soir au Pleynet... Ouf, me voilà rassuré, elle a juste galéré à trouver le site de ravito...

Je continue mon bonhomme de chemin sur des sentiers que j'ai arpenté il y a quelques années pour ma formation d'accompagnateur en montagne... Cette fois, ça y est, la course passe à la montagne... C'est splendide : Lac Achard, Col de l'infernet, Col de la Botte, Lacs Roberts puis montée au Refuge de la Pra... Il commence à faire bien tiède dans ce pays!! Mais la beauté des paysages me laisse pantois...

J'arrive à la Pra au km 28 en 4h03 à la 9ème position... Je vais bien, prends le temps de me ravitailler correctement et discuter le bout de gras avec les bénévoles (plus gentils les uns que les autres sur tout le parcours).

On continue de monter, direction les lacs du Doménon et la Croix de Belledonne... Et là, le parcours commence à envoyer du caillou comme jamais... Franchement, les chirats du Pilat à côté, c'est du pipi de chat... Ca n'arrêtera pas quasiment jusqu'après Val Pelouse (soit au km 120)... Loooooong

J'accuse un peu le coup dans cette longue descente ultra technique et laisse filer qq places. Je profite de chaque ruisseau pour me mouiller longuement et tenter de refroidir la machine. J'arrive au refuge Jean Collet après 6h35 de route à la 15ème position. Une soupe de pâtes, à boire à manger et on ne s'éternise pas pour rejoindre le Habert d'Aiguebelle par le Col de la mine de fer et la Brèche de la roche fendue... Tout ça est encore bien minéral... Pas un endroit où ça court et il faut toujours être vigilant pour éviter une mauvaise chute ou une entorse...

Et là, soudain, dans la descente vers le Refuge, j'entends une vois familière "Allleeeezzz Fllllloooo"!!! Ma chérie est là. Quelle surprise et quel soulagement de la voir ici... J'arrive 19ème après 9h00 de course et sous une chaleur accablante!! Je m'alimente tant bien que mal et Delphe me remotive à bloc entre ses encouragements et les nombreux messages qu'elle reçoit! Je dois rester environ 10 min au ravito puis repars...

La section qui arrive est terrible jusqu'à la base vie du Pleynet... La montée du Col de la Vache est incroyable de technicité au milieu de tous ces blocs! Caillasse, caillasse, caillasse!!! Dans la descente vers les lacs du Cos et des 7 laux, je commence à avoir des crampes aux adducteurs... Ca pue pas bon, malgré la bonne hydratation et le sportenine :-(

J'arrive tant bien que mal jusqu'aux chalets du Gleyzin et entend soudain les micros de la base vie... Chouette, j'arrive et vais pouvoir me refaire la cerise!! Que nenni! Le parcours nous emmène jusqu'au fond de la combe du Pleynet.... C'est interminable et j'ai longtemps maudit le traceur sur cette portion!

J'arrive enfin au Pleynet à 19h37 en 24ème position, complètement exténué!

J'y retrouve ma chérie qui saura trouver les mots justes pour me remotiver... Sans elle, sûr que j'aurai plié les gaules ici... Plus de jus, difficile de m'alimenter et rincé par cette chaleur


Pleynet (km 63.4) --> Super-Collet (km 97.6)

Reboosté par ma chérie et après un arrêt de plus de 30 minutes, je suis passé en mode nuit (changement de tenue, de chaussures, lampe, etc...) et repars en compagnie de 2 coureurs avec qui on partagera un bon nombre de km de nuit : Renaud, le Belge et Arthur...

Ces premiers km au crépuscule sont descendants et se passent plutôt bien jusqu'à Fond de France. On entame ensuite une longue remontée vers les chalets de la Valloire où je croiserai mon ami Robin en poste de sécu... Ca fait du bien au moral. On s'arrête, on prend le temps de boire un thé et on poursuit notre route en direction de Gleyzin... Arthur, plus frais, nous fausse compagnie en fin de montée...

On le retrouvera finalement quelques temps plus tard au ravito du Gleyzin. Je pensais que la nuit me ferai du bien avec des températures plus fraîches mais que nenni, ce sacré thermomètre ne veut pas descendre, même en altitude!

Pour moi, le ravito le plus authentique du parcours, dans une étable, à l'ancienne... Un régal et avec un accueil hyper chaleureux. Je suis 20ème après près de 18h de course et je semble un peu mieux

Delphe n'est pas là :-( Rebelote, je demande si un bénévole peu l'appeler et elle débarque dans les 5 minutes suivantes, elle m'attendait un peu plus tard... Elle me ravitaille, m'encourage et c'est reparti vers le gros morceau de la nuit : Le terrible Col Moretan où je sais que Christophe et Mathieu, le gang des Lyonnais, m'attendent! Au top de la motiv!

Renaud s'arrête dormir au refuge de l'Oule, nos chemins se sépareront là et il abandonnera une vingtaine de km plus loin.

Je poursuis la montée avec Arthur et on arrive tant bien que mal là-haut après plus de 2h30 d'ascension dans la caillasse...

Christophe et Mathieu sont là, ça fait du bien tous ces visages croisés en route... Mathieu m'offre le Dinausorus promis en amont de la course et Christophe remplit mon bidon... C'est peu être un détail pour vous mais pour moi, ça veut dire beaucoup ;-)

10 minutes plus tard, il faut déjà repartir... Je suis seul, avec les mains courantes permettant la descente des névés et moraines du Moretan... Vraiment Folklo! J'ai failli me "marbrer correct" un bon nombre de fois! Et dans cette longue descente, je vais choper un okay qui me durera pendant près d'1h, insupportable!

Ravito de Périoule : soupe et alimentation, ça fait du bien mais on ne s'attarde pas, le but c'est de faire défiler les km de nuit...

Rapidement après Périoule, on remonte par une longue piste, dégueulasse, hyper raide, pleine de végétation (où je pense que j'ai chopé une tique qui m'aura suivi jusqu'à l'arrivée) et dré dans le pentu!!! Aucun intérêt et aucun plaisir...

La nuit se termine et avec Arthur, on déboule à Super-Collet à 6h24, je suis 17ème.

Delphe, n'est pas là :-( Re-re-belote, je la fais réveiller (j'suis pénible comme garçon) car j'ai les pieds en compote et j'aimerai changer de chaussettes et de tenues... De nouveau, le suivi live m'annonçait un peu plus tard et elle dormait. On discute 2 minutes, je me repose au chaud dans la tente secours (car il fait enfin un peu plus frais sur ce petit matin) et mange correctement.

Avec le recul, passer cette nuit avec Renaud et Arthur aura été vraiment bénéfique au niveau moral...


Super-Collet (km 97.6) --> Aiguebelle (km 144.1)

Passé Super-Collet, on remonte sur les pistes de ski pour rejoindre le Col de Claran... Les montées ne me posent pas trop de soucis mais depuis le 85ème km, j'ai les quadris en feu et chaque descente est un supplice (ce sera d'ailleurs le cas jusqu'à l'arrivée). Là-haut, privilège du petit matin, j'assiste à un galop d'une biche et son faon, le temps s'arrête... Quel bonheur cette montagne sauvage, malgré les difficultés et les douleurs!

S'en suit une longue descente humide en direction du chalet de Pré nouveau... Je fais gaffe à chacun de mes appuis pour ne pas me vautrer...

Passé le chalet, on remonte à nouveau (je crois n'avoir fais que ça, monter puis redescendre, dans les cailloux) vers le refuge des férices et la crête éponyme pour rejoindre le col d'Arpingon...

De là, la descente pourrait être agréable et un peu moins technique pour rejoindre Val Pelouse mais malheureusement, mes cannes ne veulent plus rien savoir...

L'arrivée à Val Pelouse se fait sous une chaleur écrasante mais Delphe est accompagnée de mon ami Olivier qui était sur le 1er relais et qui a fini sa course.

Les voir sur ce ravito me fait beaucoup de bien et ils prennent soin de moi.

Marion, femme d'un coureur (Sébastien avec qui je finirai la course!!), kiné de son état et enceinte jusqu'au cou me voit dans un tel état de délabrement qu'elle me propose un massage des cuisses... euh, comment dire, douloureux ;-)

Ici, à Val Pelouse, le plus dur est derrière et moralement, ça fait du bien de le savoir. En plus, Olivier fait le début de la remontée suivante avec moi... Je ne lui parle pas beaucoup mais sa présence fait vraiment du bien!

Les derniers sommets s'enchaînent tant bien que mal mais chaque descente est un supplice pour mes cuisses!

La descente au Pontet me semble interminable avec ses 1100-. Je perds encore des places et la 1ère féminine me double mais j'm'en fous. Une seule chose me motive, faire tinter la cloche d'Aiguebelle!

J'arrive au Pontet et j'ai le grand plaisir d'y retrouver ma Maman qui m'a fait la surprise de venir me voir! J'suis au top! Il est 16h57 et je suis 22ème!

Il y a beaucoup de monde sur ce ravito avec les coureurs du 47km et le retour à la civilisation... Je ne m'attarde pas et repars pour en finir au plus vite.

Il me reste une bonne bosse et une longue descente sur 13 bornes...

Dans la montée, j'ai dû à nouveau maudire mille fois les traceurs... Une nouvelle montée dégueulasse de 500+, dré dans le pentu, sans intérêt pour rejoindre une longue piste forestière à plat avant de basculer vers Aiguebelle...

Enfin, je bascule... mais non, mes jambes ne veulent (peuvent) toujours pas courir... Alors, je marche, je marche... jusqu'à ce que Sébastien (le fameux, mari de Marion/cf plus haut dans le texte) et son collègue Julien m'attrapent à la descente et m'emmènent jusqu'à l'arrivée en trottinant!

19h44, je suis finisher de l'Echappée Belle 2016 en 37h40 dans le top 20, éreinté mais pas peu fier de moi...

Delphine, ma Maman, Franck et Stéphanie sont là!!! Un régal... Les amis du JCV (Yannick et Nath) passeront la ligne d'arrivée du 47km quelques temps après moi, et Camille, du team Cimalp bouclera également son 47km avant l'orage... Félicitations à eux!


La vidéo officielle


Bilan

Quelle épreuve!!!

Franchement, d'une rare difficulté, d'une extrême technicité, rendue encore plus compliquée avec ces 2 jours de chaleur... Mais tellement belle et sauvage!

N'y allez pas sans être extrêmement bien préparés et conscients du terrain qui vous attend !

Quant à moi, un peu déçu de la perf car je ne rentre pas dans mes objectifs (initialement entre 30 et 32h) mais tellement heureux d'avoir franchi la ligne d'une épreuve qui n'aura vu qu'à peine plus de 30% de finishers!

 

Grand bravo à l'orga pour la qualité du balisage sur 144km, rien à redire... Un merci incommensurable à tous ces bénévoles croisés en chemin et à notre service, remplis de bonne humeur.

Merci à mes compagnons de route : Renaud, Arthur, Sébastien et les autres...

 

Ensuite, je tiens à adresser un grand merci pour tous vos messages (il m'aura fallu plus d'une bonne heure pour tout lire) qui m'ont permis d'aller faire tinter cette cloche à Aiguebelle!

Un grand merci aussi aux personnes croisées en course et l'ont rendu encore plus belle (Mathieu, Christophe, Robin, Olivier, Franck et Stéphanie, Jean-Claude, Camille, Yannick, ma ptite Maman, etc...).

Merci aux podologues et à la kiné qui m'ont fait souffrir comme jamais à l'arrivée d'une course mais sans lesquels je ne serai sans doute pas allé au boulot lundi ;-)

 

J'en profite également pour faire un clin d'oeil à mes partenaires qui me permettent de rendre tout ça possible : Un immense merci à Communauté CIMALP, mais également à Endurance Shop Saint-Etienne, Nutrisens Sport - GO2

 

Et pour finir, comment ne pas être entièrement reconnaissant à ma p'tite femme Delphine, qui a assuré à tous les niveaux : soutien logistique, moral et j'en passe... Sans toi, sûr que j'aurai bâché au Pleynet. Merci d'être là, d'être toi et d'être un soutien indéfectible. Je t'aime <3

 

Prochaine étape, moins réjouissante celle-là, opération de la hanche le 20/10 :-(

Écrire commentaire

Commentaires : 8
  • #1

    mathieu (mercredi, 31 août 2016 12:54)

    Au top flo , tu l'as fais et cette course n'est pas des moindres !!! encore bravo a toi et j'espere que tu vas offrir un bon petit spa pour delph :p

  • #2

    Hervé (mercredi, 31 août 2016)

    Comme dab super résumé on se croit en course mais respect pour cette perf et prends soin de toi pour la recup et surtout de delph bs à plus

  • #3

    Boubs (mercredi, 31 août 2016 16:26)

    Bravo pour ta perf ! Rien que finir le 144 est un miracle.
    Merci pour ton comm sur notre petit récit du petit 85 http://www.newsnours.com/2016/08/laissez-tomber-le-cirque-utmb-de-trails-pour-enfants-et-osez-lechapp%C3%A9e-belle-si-vous-cherchez-de-la-.html
    A un de ces 4 peut-être ..

  • #4

    Claudine (mercredi, 31 août 2016 17:05)

    Quel bonheur de te lire raconter ta course , les paysage défilent en même temps que les mots , tu devrais écrire des livres sur ces montagnes que tu aiment tant parcourir .je pense que cette Échappée Belle restera graver à jamais dans ta tête et peut être un peu sur ou dans ton corps. .....!!!!! Ta prochaine étape au bloc opératoire se prépare également. .....je sais que tu es de bonne constitution et que tu te remettras très vite de cette épreuve moins plaisante au niveau décors

  • #5

    Eliane (jeudi, 01 septembre 2016 22:16)

    Tout d'abord un grand bravo au sportif ! c'est formidable ce que tu as fait c'est même grandiose, quelle fierté pour tes garçons, ta petite femme et le reste de ta famille et puis un grand bravo ++++ pour ce reportage photos, les prises de vues sont magnifiques mais est ce toi qui a pris le temps de faire les photos??? je suppose que non, enfin un grand merci pour ce compte rendu, digne d'un reporter sportif qui trouve le bon mot, pour nous faire rêver comme si on y étais. Merci pour ton exploit Florian et courage pour la suite. Bises

  • #6

    Albéric de Lambert (jeudi, 01 septembre 2016 22:54)

    Merci pour ce beau récit qui m'a fait revivre cette magnifique course

  • #7

    Christophe (vendredi, 02 septembre 2016 14:42)

    modeste finisher de l'UTMB en 2014 et la diagonale en 2012, j'ai fait cet été avec 2 de mes enfants ( grands )et via 4 refuges ( 5 jours 4 nuits) la traversée de Val Pelouse à Chamrousse.
    Comme vous avez raison!!! Je ne dirais pas comme certains que l'UTMB est une course pour femme enceinte ou enfants, mais plutôt que les finishers de ce 144km sont des gladiateurs, des allumés total , des ultra traiteurs de champions league!
    Chaque soir on était lessivé de tous ces dénivelés de rochers, cailloux, éboulis. RIEN N'EST ROULANT. Alors je n'imagine pas ceux qui ont fait ça d'une traite!!!!!!
    Bref, une purge, une punition, un calvaire...
    Je tire mon chapeau à ces fous furieux qui ont touché le nirvana, le graal...etc avec cet ultra le plus dur de France ( zéro doute)
    Bravo bravo bravo
    Christophe


  • #8

    Flo (samedi, 03 septembre 2016 08:58)

    Merci à tous pour vos gentils messages ;-)